http://artaud.vefblog.net/

  VEF Blog

Artaud ce Mômo

posté le 01-12-2006 à 00:14:23





Gaston Ferdière, c’est ce psychiatre inconnu qui a reçu et soigné Antonin Artaud à l’hôpital de Rodez entre 1943 et 1946. La mémoire collective a gardé de lui l’image tremblée d’un aliéniste incapable de distinguer la littérature de la graphomanie, d’un père-la-morale acharné à ramener Artaud au bercail de la raison ordinaire. Autant de contresens. Homme sensible et cultivé, praticien généreux et compétent, Ferdière n’a guère péché que par manque de souffle poétique et de foi en lui-même. Poète mort sans œuvre et psychiatre injustement désavoué, il nous laisse l’énigme d’une vie ratée avec tant d’application qu’elle mérite, à coup sûr, le détour.
 


Commentaires

 
 
 
posté le 01-12-2006 à 00:04:46

Revenant

Carnets préparatoires d'Artaud pour la conférence du Vieux Colombier du 13 janvier 1947:
(ceci susurré)
Savez-vous, M. Artaud, comment s'appelle le délire dui consiste à se prendre pour tel grand personnage historique dont on a épousé l'individualité?
       Es-tu devenu fou, psychiatre imbécile, et où as-tu pris que je me prenais pour Jésus-Christ? je t'ai simplement dit et je répète que moi, Antonin Artaud, 50 piges, je me souviens du Golgotha. Je me souviens, comme ke me souviens d'être à l'asile de rodez au mois de février 1943 mort sous un électrochoc qui me fut imposé contre mon gré.
-Si vous étiez mort, vous ne seriez plus là.
-Je suis mort, réellement mort, et ma mort fut médicalement constatée.
Et puis je suis revenu comme un homme qui reviendrait de cet au delà?
Et je me souviens de cet au-delà.


 


Commentaires

 

cyril  le 27-01-2007 à 11:42:15  #

existe-t-il un enregistrement sonore de la conférence du vieux colombier

 
 
posté le 30-11-2006 à 23:47:36

Sac de merde

Je tiens à vous faire part de ce texte qui n'arrète pas de me poursuivre dans mon atelier pratique ! A chaque fois notre "prof" les jette dans l'air il me tombe soit dessus soit pas loin ! Donc le voici:

SAC DE MERDE

En arrière,
sac de merde,
sevrage, abstraction,
langue de bedaine creuse,
vous me faites pro-génitalement caguer,

torchons avant les serviettes
et que ce soit fini.

Le néant est un corps qui par la forc fait un pas en arrière,
un point c'est merde.

Ma colère ne changera pas les choses du tout au tout,
si, elle les changera du tout au tout,
ce qui veux dire que j'en viendrais à ce que je ne cesse de regretter de ne pas être:
un homme différent conformé,
capable de trouver le verbe rétensif, réservé, recoudé, absentif, affirmatif
dont mes oeuvres ne sont qu'une recherche avortée.

Le néant c'est le temps,
l'être c'est l'éternité,
plonger dans le néant c'est pulvériser la particule minime jusqu'à ce qu'elle crie de désespoir et d'horreur,
alors l'enfer est constitué.


 


Commentaires

 

laetitia  le 19-12-2006 à 10:47:31  #

Je ne vois plus mon prof, mon semestre est fini, je ne sais pas du tout où il l'a eu
il faudrait écumer les receuils. Desolé

serge  le 14-12-2006 à 18:52:42  #   (site)

Je ne connais pas ce texte.
pourrais-tu te renseigner (peut-être auprès de ton prof) et me dire de quel livre il est tiré. tu peux me répondre par mail, ou sur mon blog, ou sur le tien.
si tu ne peux pas, ce n'est pas grave, simple curiosité de ma part.

 
 
posté le 27-11-2006 à 18:19:47

Un dessin...

 


Commentaires

 
 
 
posté le 27-11-2006 à 18:17:09

Artaud dans les Cenci

Pièce d'Antonin Artaud datant de 1935 qui n'a pas rencontré un franc succès


 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article