http://artaud.vefblog.net/

  VEF Blog

Artaud ce Mômo

posté le 11-11-2006 à 00:40:55

Trois portraits d'Artaud réalisés par A.Masson en 1925, 1933 et 1940



Masson, André de son prénom, est un peintre proche d'Artaud, notamment parce qu'il y a un côté mortifère de la forme dans ses dessins...



 


Commentaires

 
 
 
posté le 11-11-2006 à 00:33:08

Entrevue radiophonique "Aliénation et magie noire"

«Les asiles d'aliénés sont des receptacles de magie noire, conscients et prémédités. Et ce n'est pas seulement que les médecins favorisent la magie par leur thérapeutique qu'ils raffinent, c'est qu'ils en font. S'il n'y avait pas de médecins, il n'y aurait pas de malades, car c'est par les médecins, et non par les malades, que la société a commencé. Ceux qui vivent, vivent des morts, et il faut aussi que la mort vive... Il n'y a rien comme un asile d'aliénés pour couver doucement la mort, et tenir en couveuse les morts. Cela a commencé 4000 ans avant J.C., cette technique thérapeutique de la mort longue. Et la médecine moderne, complice en cela de la plus sinistre et crapuleuse magie, passe ces morts à l'électrochoc ou à l'insulinothérapie, afin de bien, chaque jour, vider ces haras d'hommes de leur moi, et de les présenter, ainsi vides, ainsi fantastiquement disponibles et vides, aux obscènes sollicitations anatomiques et atomiques de l'état appelé «bardot». Livraison du barda de vivre aux exigences du non-moi. Le Bardot est l'astre de mort par lequel le moi tombe en flasque, et il y a, dans l'électrochoc, un état flasque, par lequel passe tout traumatisé. Ce qui lui donne non plus à cet instant de connaître, mais affreusement et désespérément méconnaître ce qu'il fut quand il était soi. J'y suis passé et ne l'oublierai pas.»
 


Commentaires

 
 
 
posté le 11-11-2006 à 00:27:21

«Ce que c'est que le Moi, je n'en sais rien. La conscience? une répulsion épouvantable de l'Innommé, du mal tramé, car le JE vient quand le coeur l'a noué enfin, élu, tiré hors de ceci et de cela, contre ceci et pour cela, à travers l'éternelle supputation de l'horrible, dont tous les non-moi, démons, assaillent ce qui sera mon être...»  Antonin Artaud, Supplément au voyage des Tarahumaras, 1944.


 


Commentaires

 
 
 
posté le 11-11-2006 à 00:15:33

A propos des électrochocs qu'il a subi durant son internement à Rodez

Celui qui est descendu dans l'électro-choc n'en revient pas, écrit Artaud,
et il n'en remonte pas non plus un autre, il ne revient rien, et le corps externe achève de dévider son rouleau et c'est tout. - Et c'est 10, 15 ou 20 ans de vie qui lui ont été enlevés de fait.
Etrange manière de traiter un homme que de commencer par l'assassiner.
Et moi je dis qu'il me faudra maintenant combien de trilliards d'ans pour reprendre tout ce que l'électrochoc m'a enlevé. » (XIV-159)


 


Commentaires

 

babayaga  le 14-04-2013 à 09:03:07  #   (site)

"étrange manière de traiter un homme"...en effet.

 
 
posté le 10-11-2006 à 23:30:04

Une autre photo de notre Antonin sur les planches

Quelle tête il a là-dessus c'est impressionnant, on peut regarder chacune des photos ou images présentes dans mon blog, je crois que pas une fois artaud a la même expression du visage...A méditer !

 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article